mardi 3 avril 2007

Ma petite demoiselle...

L'après-midi s'étire lentement à l'hôpital, il y a un manque certain de motivation dans le bureau des stagiaires... On papote, on se moque du directeur adjoint et des dernières fantaisies des chefs de services...
Je descends à l'accueil du Droit des Usagers où les deux téléphones sonnent en même temps, la secrétaire en décroche un et moi l'autre. Au bout du fil, j'entends un patient avec une toute petite voix qui m'explique:

"Je m'entend très mal avec l'infirmière de nuit, j'ai peur, je veux pas qu'elle revienne ce soir... je suis aveugle et elle refuse de me donner mes cachets, elle les met sur la table de nuit alors que je ne peux pas les trouver...

Elle dit que je l'ennuie avec mes plaintes, je dois sortir vendredi mais je vais partir demain, je ne veux pas rester plus longtemps...

Vous comprenez ma petite demoiselle, ce genre de comportement, quand vous êtes bien portant cela n'a pas d'importance, mais moi malade comme je suis..."

Bref, je vous passe les détails de ma lutte pour voir la cadre infirmier, pour lui parler du patient, pour me faire passer un savon car je viens de l'administration et donc je-ne-peux-rien-comprendre…

J’adore les luttes administration / soignants qui finissent par sacrifier le patient sur l’autel du corporatisme!

– suite de la journée –

Je décide d'aller tester mon nouveau questionnaire concernant la qualité du livret d'accueil sur quelques patients. Je porte mon choix sur ceux qui profitent du soleil pour fumer leurs cigarettes dans la cour arrière. Ces patients de long séjour, trop contents de pouvoir faire la discussion, se prêtent de bonne grâce à mes questions.

Dernière question pour mon dernier questionnaire à un petit vieux visiblement suivi pour chimiothérapie : Quelles améliorations nous conseillez vous pour notre prochain livret d’accueil ?

Et lui tout frêle, dans sa blouse d’hôpital :

« Ma petite demoiselle, vous savez, dans deux mois je serais mort…alors le prochain livret d’accueil… »

Échec et mat

Il est 19h, la journée est finie et ce n’est pas plus mal – sight –

5 commentaires:

nina a dit…

t'as fait quoi après cette petite réflexion ? En tout cas, je suis triste de constater que certains patients souffrent enore plus à l'hôpital…

Sarita a dit…

@Nina
Il ne faut pas faire de généralité, non plus. L'hôpital est une machine humaine qui a forcement ses ratés et on ne peut pas demander aux soignants d'être gentils, sympa, exellents professionnels, humains et l'écoute.. tout le temps.

Je te rassure, le patient que j'ai eu au téléphone, cela s'est bien résolu et comme je le pensais, c'était avant tout un problème de communication et tout le monde y a mis de la bonne volonté et le petit monsieur est partit chez lui dans les meilleurs conditions.

Quant à la réflexion sur mon questionnaire, honnetement que peux on répondre à quelqu'un de lucide sur sa propre mort? Rien, on accepte... on sourit et on parle d'autre chose. En même temps c'est ce qu'il voulait... un peu de conversation légère, au soleil :)

Raph a dit…

J'ai une bonne histoire à te raconter :
C'était lorsque je travaillais à Montbéliard, je m'étais blessé. Le médecin, ou plutôt vétérinaire, de la police m'a envoyé à l'hôpital suite à une chute.
L'interne me trouve une fracture d'un os du poignet. Il me plâtre pendant une semaine et me donne rendez vous avec LE chef de service de traumato une semaine plus tard.

Une semaine plus tard, j'arrive à l'hopital à l'heure dite. J'attends 1h15 minute pour être appeler.
Une infirmière m'enlève le platre provisoire. 15 min plus tard, Il arrive (avec I majuscule).
Avant même de voir la radio ou de m'avoir examiné, Il déclare que mon poignet n'est pas cassé. La radio lui confirme son avis.
Et il me dit de partir...

Mais j'avais encore mal (un peu) et mon poignet avec perdu quelques degrés d'amplitude.

7 mois plus tard : visite de contrôle (j'étais en AT).
Comme j'ai encore mal : radio...
"finalement, c'était cassé"
Transmis à SOS main... Il va peut-être faloir opérer...

Faire un scanner pour confirmation...
Et la suite, mercredi 18 avril

Sarita a dit…

@raph
merdouille... tiens moi au courant :)

Anonyme a dit…

Putain, super ambiance à l'hôpital! yepee c'est la fête.
tu sais quoi, j'aurais été capable de répondre: "oh ben non, on sait jamais!" et de rire comme une truie. Mon dieu, je comprend pourquoi les dépressifs de la clinique m'aiment bien!
laechiachia.